Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Jardin d'une PSY

Découverte d'articles scientifiques récents, réflexions et débats sur divers sujets ou spécialités : la crise sanitaire "COVID-19"; l'Approche Multidisciplinaire de l'abus sexuel, l'inceste, les maltraitantes (abus psychologique, sexuel, ...), violence familiale et conjugale; les Personnes "toxiques", les Troubles alimentaires;.... Des sujet écrits par moi, par d'autres qui se veulent d'être des outils de travail, de partage, d'information..., Carine Duray

Séquelles Psychopathologiques consécutives aux abus sexuels : mécanismes de prise de conscience et de résilience et impact sur le comportement alimentaire. Carine Duray et Noémie Nielens, Acta Psychiatrica Belgica, décembre 2020

Publié le 19 Novembre 2020

Séquelles Psychopathologiques consécutives aux abus sexuels : mécanismes de prise de conscience et de résilience et impact sur le comportement alimentaire. Carine Duray et Noémie Nielens, Acta Psychiatrica Belgica, décembre 2020

SEQUELLES PSYCHOPATHOLOGIQUES CONSECUTIVES AUX ABUS SEXUELS : MECANISMES DE PRISE DE CONSCIENCE ET DE RESILIENCE ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

PSYCHOPATHOLOGICAL SEQUELAE FOLLOWING SEXUAL ABUSE: MECHANISM OF AWARENESS AND RESILIENCE AND IMPACT ON EATING BEHAVIOR

Carine DURAY-PARMENTIER(a) et Noémie NIELENS(b)

(a) Psychothérapeute familiale et systémique, Certificat universitaire sur l’Approche multidisciplinaire de l’Abus sexuel et maltraitance, Centre de Psychothérapie de Namur, Vedrin (b) Noémie Nielens, Psychologue clinicienne, Cognitivo-comportementale, Psychothérapeute familiale et systémique, Centre de Psychothérapie de Namur, Vedrin

 

ACTA PSYCHIATRICA BELGICAN° 120/420205-17

Résumé

Tout enfant ayant subi de l’abus (sexuel, psychologique, émotionnel) ou de l’inceste au cours de son enfance, porte en lui des séquelles psychiques, psychologiques et somatiques non négligeables. De par les abus relationnels et le climat incestuel engendrés par l’inceste, nous nous interrogeons si l’enfant peut tout acquitter une fois devenu adulte ? En effet, le développement des troubles alimentaires constitue un des symptômes consécutifs caractéristique de l’abus moral, sexuel et incestueux. L’intérêt de cet article se porte sur les liens sous-jacents entre l’abus et les troubles alimentaires par le maintien des processus cognitifs, comportementaux et émotionnels de l’image du rapport au corps. Par ailleurs, cet enfant ne devient pas forcément un bourreau à son tour par répétition intergénérationnelle. Tout au cours de son développement, l’enfant victime d’inceste possède et met en place des stratégies d’ajustement et de résilience pour s’en sortir. Notamment le processus d’amnésie traumatique et post-traumatique que nous définirons dans l’article. Nous évoquerons les mécanismes psychologiques spécifiques issus de traumatismes liés à un abus sexuel ainsi que les conséquences liées à l’état de stress-post-traumatique vécu par la victime. Nous aborderons les différentes étapes à franchir pour la victime afin de surmonter l’obstacle psychique du trauma tels que briser le silence, sortir du déni, comprendre et orienter sa colère, apprendre la confiance en soi et réapprendre la confiance en l’autre, accepter l’intimité pour vivre sa sexualité et enfin, sortir de la codépendance ou la dépendance affective. Une autre approche que nous souhaiterions aborder dans cet article est la notion de l’incestuel et les troubles alimentaires. D’où une de nos questions d’étude portant sur « Comment un climat incestuel pourrait-il contribuer à l’apparition d’un syndrome de trouble alimentaire chez les adolescentes et jeunes adultes, entre autres, l’anorexie mentale ? ». L’objectif principal de cet article est de pouvoir identifier des processus psychologiques de résilience qui permettent à l’enfant victime d’abus ou d’inceste devenu adulte de s’en sortir. L’objectif second sera de penser aux outils thérapeutiques aidant à conscientiser son propre potentiel de résilience et d’amener le sujet à un rapport de soi éclairé permettant son épanouissement. Enfin, parmi tous les mécanismes créatifs de la résilience, au niveau de l’imaginaire de la victime, l’écriture est mise en exergue comme outil créatif et thérapeutique permettant au sujet ayant vécu un traumatisme de mettre en sens sa souffrance en la déposant et en s’accordant une nouvelle vie à l’expérience intime.

Mots-clés : abus, abus sexuels, inceste, séquelles, troubles alimentaires, stratégie d’ajustement, résilience, rapport au corps, estime de soi, traumatisme, PDST, déni, auto-sabotage, blessures émotionnelles, dissociation, amnésie traumatique dissociative, processus d’identification à l’abuseur, reviviscence.

Abstract

Any child who has been victim of abuse (sexual, psychological, emotional) or incest during his/her childhood has a significant psychological, mental and somatic sequelae. Because of the relational abuses and the incestuel climate caused, we wonder if the child can forget everything after becoming an adult. Indeed, the development of eating disorders is one of the consecutive symptoms characteristic of moral, sexual and incestuous abuse. The interest of this article is underlys ther links between abuse and eating disorders by maintaining the cognitive, behavioral and emotional processes of the image of the relationship to the body. Moreover, this child doesn’t necessarily become an executioner in turn by intergenerational repetition. Throughout their development, the child incests victim possesses and implements adjustment and resilience strategies to get out of it, such as the traumatic amnesia process that we’ll define in the article. We’ll discuss the specific psychological mechanisms resulting from trauma related to sexual abuse as well as the consequences related to the post-traumatic-stress-disorder experienced by the victim. We’ll discuss the various steps to be taken for the victim to overcome the psychic obstacle of trauma such as breaking the silence, coming out of denial, understanding and orienting this anger, learning self-confidence and relearning trust in the other, accept intimacy to live his sexuality and finally, get out of co-dependency or emotional dependence. Another approach we’d like to adress in this article is the notion of incestuel and eating disorders. Hence the one question of our study on “How could a incestuel climate contribute to the onset of a syndrome of eating disorder among adolescents and young adults, among others, anorexia nervosa ?”. The main objective of this article is to be able to identify psychological processes of resilience that allow the child victim of abus or incest become adult to escape. The second objective will be to think about the therapeutic tools that help to raise awareness of their own potential for resilience and to bring the subject to an enlightened self-report enabling their development. Finally, among the creative mechanisms of resilience, at the level of the imaginary of victim, writing is highlighted as a creative and therapeutic tool allowing the subject who has experienced a trauma to make sense of his suffering by the applicant and giving life to the intimate experience.

Key words: abuse, sexual abuse, incest, sequelae, eating desorders, adjustment strategy, resilience, relation
of the body, self-esteem, trauma, PDST, denial, self- sabotage, emotional injuries, dissociation, Amnesia Dissociative Traumatic, abuser identification process, revival.

Samenvatting

Elk kind dat tijdens zijn jeugd is misbruikt (seksueel, psychologisch, emotioneel) of incest, heeft aanzienlijke psychologische, psychologische en somatische gevolgen met zich mee. Vanwege de relationele misstanden en het incestuele klimaat dat door incest wordt veroorzaakt, vragen we ons af of het kind alles kan betalen als het volwassen is. Inderdaad, de ontwikkeling van eetstoornissen is een van de opeenvolgende symptomen die kenmerkend zijn voor moreel, seksueel en incestueus misbruik. De focus van dit artikel ligt op de onderliggende verbanden tussen misbruik en eetstoornissen door de cognitieve, gedragsen emotionele processen van het beeld van het lichaam in stand te houden. Bovendien wordt dit kind niet noodzakelijkerwijs op zijn beurt beul door inter-generationele herhaling. Gedurende hun ontwikkeling bezit en implementeert het minderjarige slachtoffer van incest aanpassingsen veerkrachtstrategieën om ermee om te gaan. In het bijzonder zoals het proces van traumatisch en posttraumatisch geheugenverlies dat we in het artikel zullen definiëren. We zullen de specifieke psychologische mechanismen bespreken die het gevolg zijn van een trauma in verband met seksueel misbruik, evenals de gevolgen die verband houden met de posttraumatische stressstatus die het slachtoffer ervaart. We zullen de verschillende fasen die voor het slachtoffer moeten worden doorlopen, benaderen om het psychische obstakel van het trauma te overwinnen, zoals het doorbreken van de stilte, voortkomen uit ontkenning, zijn woede begrijpen en leiden, zelfvertrouwen leren en vertrouwen opnieuw leren in de ander, accepteren intimiteit om je seksualiteit te beleven en ten slotte, kom uit co-afhankelijkheid of emotionele afhankelijkheid. Een andere benadering die we in dit boek willen bespreken, is het concept van incestuele en eetstoornissen. Vandaar een van onze onderzoeksvragen over "Hoe kan een incestueel klimaat bijdragen aan het ontstaan van het eetstoornis-syndroom bij onder meer adolescenten en jongvolwassenen, anorexia nervosa?" " Het belangrijkste doel van dit artikel is om psychologische veerkrachtprocessen te kunnen identificeren waardoor het slachtoffer van misbruik of incest een volwassene kan worden. Het tweede doel zal zijn om therapeutische instrumenten te bedenken die het bewustzijn van het eigen veerkrachtpotentieel vergroten en het onderwerp tot een verlichte zelfrelatie brengen die zijn ontwikkeling mogelijk maakt. Tot slot, tussen alle creatieve mechanismen van veerkracht, op het niveau van de verbeel- ding van het slachtoffer, wordt schrijven benadrukt als een creatief en therapeutisch hulpmiddel waarmee het subject dat een trauma heeft meegemaakt zijn lijden in betekenis kan brengen door het te deponeren en door de intieme ervaring nieuw leven in te blazen.

Trefwoorden : misbruik, seksueel misbruik, incest, res- tverschijnselen, eetstoornissen, aanpassingsstrategie, veerkracht, relatie met het lichaam, zelfrespect, trauma, PDST, ontkenning, zelfsabotage, verwondingen.

INTRODUCTION

Les Droits de l’Enfant, à l’instar des Droits de l’Homme, comportent une dimension universelle. Nul passe-droit n’existe pour ceux qui ont un lien de parenté avec lui. L’être humain est un être de parole. Il se manifeste comme corps parlant après la naissance. Tout enfant né est donc à mettre au monde. Alors, que se passe-t-il psychiquement lorsqu’un adulte réalise qu’il a été un enfant non protégé par des adultes qui devaient se soucier de sa protection ? En travail thérapeutique, autour du traumatisme de l’inceste, il est indispensable pour l’intervenant et le patient adulte, de comprendre toute la dynamique relationnelle et de fonctionnement familial qui s’organise, s’opère dans le dysfonctionnement parental incestuel. De par les abus relationnels et sexuels engendrés par l’inceste, peut-on avoir tout oublié une fois devenu adulte ? Selon Allain1, la première des réactions des « abusés » est de chercher l’oubli. Nous pouvons qualifier cet oubli mémoriel du traumatisme comme une amnésie du traumatisme refoulé par l’enfant. Ainsi le refoulement, l’amnésie du traumatisme agit comme un processus psychologique de protection du « moi », le déni. L’amnésie a donc une fonction protectrice de survie psychique. Elle constitue une résilience pour l’enfant à pouvoir survivre au sein de sa famille et de son parent incestueux. Cependant, il est fréquent qu’un moment où quelque chose, un détail, un comportement, une personne ou un moment de la vie, vient réactiver ce qui a été refoulé au plus profond du « moi ». L’inceste peut tuer, même cinquante ans après les faits2. Lorsque le traumatisme est réactivé, le sujet se rend compte qu’il y a une dimension de souffrance qui rejaillit et n’est plus occultée par l’amnésie. Pour le Dr Guérin3, le corps a la mémoire de tout. Le corps est une modalité sensorielle qui enregistre toujours tout et c’est d’ailleurs à partir de lui qu’on pourra souvent remonter ces souvenirs sensoriels, bien que, dans la conscience, les choses ne sont plus là. Dès lors, l’enfant abusé s’adapte à son conditionnement familial d’origine, aussi sain que toxique soit-il, il en développera une stratégie d’adaptation (la résilience) pour faire face aux traumatismes. Le processus d’amnésie traumatique permet à l’enfant de se protéger contre un état de mort psychique. Ces mécanismes peuvent donc être considérés comme des barrières de sécurité qui permettent à la personne de continuer à vivre. L’AFYVS4 souligne que certains agresseurs, et même certains parents de victimes, se disent que l’enfant va oublier. On parlera donc de distorsion cognitive. Quant à l’enfant, pouvoir amortir ce trauma le renvoie aux capacités de résilience. Donc, chaque enfant, adolescent ou enfant devenu adulte ayant été victime d’abus sexuel ou d’inceste a des capacités individuelles, plus ou moins importantes, d’intégrer une séquence traumatique et de pouvoir vivre avec de manière plus ou moins adaptée. Ce n’est donc pas un oubli. Ce n’est pas effacé pour autant. Rien, en effet, ne s’efface. Tout se transforme (citation d’Antoine Laurent Lavoisier, 1789)5. Donc, d’après l’effraction, la résilience est de pouvoir transformer l’agression de manière adaptée pour trouver une vie équilibrée et harmonieuse.

QUELQUES DEFINITIONS

Avant toute chose, il est nécessaire de spécifier et de définir sous un consensus, quelques notions et définitions fondamentales. 

L’abus

Pour L. Daligand6, abuser, c’est user mal de quelque chose, en user avec excès ou en tirer un profit excessif : abuser de son autorité, par exemple. Exagérer, dépasser la mesure. Profiter avec excès de la bonté de quelqu’un, de sa patience ; et, exploiter, c’est une action de tirer de quelque chose ou de quelqu’un un profit illicite ou excessif. Cela connote l’abus au bénéfice d’autrui.

Un enfant peut être abusé d’autant plus commodément qu’il a été soumis et exploité sans réserve possible, aux entreprises parentales qui s’y sont crues autorisées, au prétexte d’être les « possesseurs » de leur produit commun de conception. L’adulte a ainsi toute facilité pour voler à la chair de l’enfant sa propre jouissance, sans frein, sans limites, sans danger. Cet adulte se permet d’inclure son langage érotique au détriment de la particularité du langage enfantin. Dès lors, l’auteur de l’abus peut perpétrer son crime sans risque de dénonciation, en s’appuyant sur l’innocence de l’enfant dont la parole est encore incertaine, contraint naïvement au secret. Il est donc tout désigné à être pillé. L’avidité de l’auteur de l’abus est ainsi satisfaite par cette consommation de l’enfance, d’autant plus attrayante qu’elle n’est que passagère. L’abus sexuel tend à la destruction de cet état d’enfance, parfois par la mort, plus souvent par l’avilissement, dans le parasitage du parler infantile7.

L’INCESTE ET L’INCESTUEL

L’inceste, le silence et la mort sont en partie liés : silence de l’enfant traumatisé et contraint, silence de l’auteur des abus, silence du tiers horrifié ou complice sur ce que personne ne veut entendre. L’inceste est un non-sens existentiel universel, l’inceste est un amour sans forme, sans distance, sans limites8. Alors que la distance est nécessaire pour mettre en place un rituel qui aménage l’affectivité bienveillante, les personnes vivant l’inceste n’éprouvent pas le Sacré. Ils éprouvent de l’horreur parce qu’ils vivent dans la représentation du Sacré, lequel massacre une grande partie de leur vie psychique. L’abuseur détruit le temps psychique de l’individu en agressant l’ordre symbolique des choses et la structure inconsciente du langage. Pour Boris Cyrulnik9, « La loi qui interdit (l’inceste) nous contraint à donner, l’inhibition nous invite au partage, l’angoisse nous incite à la rencontre ». Lorsque l’on aborde le concept d’inceste, il est souhaitable de mettre en évidence un second concept très important qu’est l’« incestuel », relativement neuf dans l’histoire de la clinique psychologique. Racamier10 définit donc l’incestuel comme « ce qui dans la vie psychique individuelle et familiale porte l’empreinte de l’inceste non fantasmé, sans que soient nécessairement accomplies les formes génitales ». Mais contrairement à l’inceste, il s’agit d’un agir non génital. L’incestuel, c’est finalement « un inceste moral ».

L’impact des maltraitances psychologiques : des blessures émotionnelles pour la vie

Nous tenons particulièrement à aborder la question des blessures émotionnelles et des violences psychologiques, présentes dans l’inceste car celles-ci constituent de réelles séquelles psychiques et somatiques pour l’enfant victime d’inceste devenu adulte. Bien que la maltraitance familiale soit considérée comme moins dommageable envers les enfants que les autres formes d’abus, nous constatons que les enfants ayant subi des maltraitances psychologiques éprouvent des difficultés à reconnaitre le non-respect et le bafouement de leurs droits humains. Ces victimes de violences psychologiques manquent de confiance en elles et culpabilisent d’avoir été l’objet d’abus émotionnels. Le harcèlement moral, scolaire ou les humiliations répétées durant l’enfance détruisent des vies et anéantissent des personnes autant que les violences physiques et les abus sexuels. L’impact à moyen ou à long terme de ces maltraitances sur les enfants semble mieux pouvoir être identifié par les cliniciens et les thérapeutes. Toutefois, si nous comprenons la destructivité des abus émotionnels, il importe d’en maitriser les effets par des moyens d’évaluations précoces, de prévention et de traitements efficaces et adaptés7,11.

Qu’est-ce qu’un survivant de l’inceste ?

L’adulte ayant subi des violences sexuelles dans l’enfance, qu’elles se soient exercées avec brutalité ou de façons insidieuses, l’enfant est le plus souvent incapable de se défendre. Il ne sait en effet pas nécessairement que ce que son agresseur lui inflige est interdit. L’enfant est impuissant. D’enfant impuis- sant, il devient « survivant ». C’est-à-dire qu’il devient responsable de son rétablissement, de son devenir et, devenu majeur, c’est lui qui prend les décisions concernant sa vie future. Être survivant de l’inceste, comme être survivant de toute forme de maltraitance, c’est se libérer de l’emprise de l’agresseur pour quitter l’état d’objet sexuel à celui d’être humain à part entière2,12.

QUELS SONT LES MECANISMES PSYCHOLOGIQUES SPECIFIQUESISSUS DE TRAUMATISMES LIES A UN ABUS SEXUEL ?

C’est un vaste sujet de débat. Il semble admis que le plus caractéristique parmi les effets d’un traumatisme psychique, quelle qu’en soit la nature, pourrait être la mise en place d’un « schème »13, d’un mode de pensée inconsciente et automatique, d’une sorte de « script » tel qu’on le conçoit par exemple en informatique (une série de tâches définies à l’avance et automatisées). Cette sorte de mécanisme appelé « le process » est très fréquent dans le fonctionnement du cerveau. La nature de la souffrance psychique va s’étirer sur des années, depuis l’acte générateur initial jusqu’à la névrose chez l’adulte. Dès lors, deux pistes s’offrent d’emblée à la réflexion : le phénomène connu sous le nom de l’identification à l’agresseur et le sentiment massif de culpabilité qui ressort de façon constante aussi bien du discours de la fillette abusée que celui de la femme adulte et mûre ou bien du garçon abusé. En effet, ce sentiment infiltre véritablement le psychisme au même degré qu’un sentiment intense d’autodépréciation qui s’exprime par un faible sentiment d’efficacité personnelle (SEP)14. Ferenczi15 est le premier à avoir osé aller aussi loin dans les réflexions possibles de son époque sur le sujet aussi sensible en évoquant la « Confusion de langue entre adultes et l’enfant », en soulignant l’introjection et l’identification anxieuse de l’abuseur menaçant sur l’enfant. Toutefois, Georges Nemtchenko14 va rebondir sur les travaux de Ferenczi en précisant que l’adulte, auteur d’abus sur l’enfant, clive la partie de son « moi » capable de tels actes et s’en accommode pour garantir sa survie adaptative. Par un tel mécanisme de clivage et d’accommodation, l’enfant a, dans son esprit, de très bonnes raisons d’éprouver un tel sentiment de culpabilité lorsqu’il ressent les sensations qu’une autre partie du « moi » éprouve. La transmission des conduites abusives comprend également ces mécanismes inconscients d’identification à l’abuseur et de culpabilité16. Chez les parents abuseurs, il n’y a pas toujours une intention destructrice, mais plutôt une impuissance à éduquer leur enfant. Ces parents sont très souvent immatures dans leur développement et « usent » de l’enfant et le « chosifient » afin de combler leurs propres carences infantiles et résoudre leurs conflits d’adultes non résolus11. L’identification par introjection est un moyen de défense dont l’enfant dispose15,16. Il isole psychiquement les affects liés aux conduites abusives qu’il subit et s’identifie de manière anxieuse à l’auteur des abus. Le « moi » ainsi rendu faible (frustration, solitude, angoisse et désespoir) assimile les caractéristiques psychologiques (sexuelles et physiques) de celui qui occupe la position dominante et menaçante. La haine et l’agressivité que l’enfant ressent sont alors enfouies et retournées contre lui. Dans ce processus de mouvement identificatoire, le « moi » de l’enfant se soumet de façon masochiste à l’objet d’amour de l’agresseur qui se transforme en haine de l’objet et en haine de soi. L’agressivité et la haine d’objet engendrent de profonds sentiments de culpabilité chez l’enfant victime d’abus. Dès lors, il devient son propre mauvais objet tout en continuant à « aimer » l’auteur des abus (son parent). Grâce à ce clivage, l’enfant conserve un lien qui entretient sa dépendance à l’abuseur et l’interaction incestueuse. Réduit au silence et incapable de se révolter, l’enfant est pris comme otage dans sa propre famille. On pourrait parler d’une forme de « syndrome de Stockholm » intrafamiliale8,11.

L’ETAT DE STRESS-POST- TRAUMATIQUE (PTSD) CHEZ LA VICTIME AYANT SUBI L’ABUS SEXUEL/L’INCESTE

L’abus sexuel a souvent lieu dans le lit de l’enfant victime. Pour lui, le lit devient synonyme de risque de dangerosité. Dès lors, le moment du coucher rappelle des angoisses liées à un fort sentiment d’insécurité. Nous observons que le PTSD se manifeste par des troubles du sommeil (cauchemars, insomnies, réveils nocturnes, terreurs). Dans ce PTSD, la victime peut rencontrer également des difficultés de concentration et des troubles anxieux. Dès lors, pour échapper aux souvenirs traumatiques, la personne va développer des facilités à se « dissocier »17,18. Il y a aussi la culpabilité sans raisons objectives, avec cette pensée, cette cognition « J’ai dû mériter ce qui m’arrive ». De plus, il y a également la culpabilité d’avoir pu éprouver du plaisir lors de l’abus sexuel (le plaisir est une réaction physiologique tout à fait normale quand un corps, lorsqu’il est stimulé, il réagit. Ce n’est pas pour autant que l’esprit est d’accord avec ce qui arrive). Il peut y avoir aussi une reviviscence de l’agression, de l’abus, qui reviennent en flashs, et, même si longtemps après l’acte, la victime abusée rencontre un partenaire affectueux, attentif, respectueux, elle peut souffrir lors des relations affectives et sexuelles, de flash-back, par stimulations sensorielles. Le PTSD engendre des dommages collatéraux graves et partagés car, non seulement la victime en souffre longtemps, mais son partenaire risque aussi de se sentir blessé, pouvant remettre sans cesse en cause ses capacités, ses propres aptitudes à combler son conjoint. Certains auteurs2,18 ont également mentionné que les personnes abusées sexuellement peuvent aussi développer une absence de souvenirs liés à la période au cours de laquelle l’abus sexuel a eu lieu. Salmona17 souligne que pendant la dissociation, la mémoire traumatique envahira et colonisera la victime, mais de manière fragmentée, sans connotation émotionnelle ni état de stress. La dissociation prive la victime de ses capacités émotionnelles. Elle l’empêche de s’opposer ou de fuir et augmente son seuil de tolérance à la douleur, ce qui explique les phénomènes d’emprise et désoriente les personnes qui sont en contact avec la victime17,19. Cet état dissociatif a également un impact sur la mémoire des événements violents qui, s’ils n’ont pas de coloration émotionnelle, seront introuvables, comme perdus dans un épais brouillard. La victime est alors amnésique de tout ou partie des événements traumatisants, c’est ce qu’on appelle une amnésie traumatique dissociative, qui fait partie des symptômes entrant dans la définition du PTSD dans le DSM-V20. Ce phénomène peut perdurer de nombreuses années, voire des décennies tant que la personne reste dissociée. Seules resteront quelques images très parcellaires, des bribes d’émotions envahissantes ou certains détails périphériques isolés (40 % d’amnésie complète et 60 % d’amnésie partielle quand les violences ont eu lieu dans l’enfance)21,22. Selon Salmona23, les enfants victimes de maltraitances physiques ou sexuelles sont souvent « dissociés » en permanence. Cette absence de réaction et cette « amnésie émotionnelle » permanente mettent les victimes encore plus en danger de subir des maltraitances et d’être abandonnées. L’absence d’émotions fait que l’empathie en miroir peut ne pas fonctionner du tout. Face à ces victimes dissociées, l’abuseur ne ressent spontanément pas d’émotions pour la victime. Comme elles ne vont pas réagir face à des violences, les agresseurs auront encore moins de limites, les violences seront en- core plus répétées. Ces victimes seront souvent des boucs émissaires dans leur classe, dans les institutions, au travail. Si la violence a été unique (comme un viol) ou si les violences se reproduisent plus ou sont espacées dans le temps, l’état dissociatif péri-traumatique finit par disparaitre entre les violences. Mais chaque fois qu’elle explosera, la mémoire traumatique des violences fera revivre l’état de stress dépassé et sera à l’origine, à nouveau, de symptômes dissociatifs, du fait d’une disjonction du circuit émotionnel. Dès lors, les symptômes dissociatifs s’accompagnent aussi de sentiments d’irréalité, de confusion, de dépersonnalisation, avec la sensation d’être un spectateur de sa vie, d’être toujours à côté des événements et d’être totalement inadapté dans la relation aux autres. Cette forme d’« anesthésie émotionnelle et physique » s’installera parallèlement aux symptômes dissociatifs aggravant encore la sensation de décalage dans les relations avec les pairs. Les enfants et les adolescents traumatisés, devant leur incapacité à nouer des relations « normales » avec les autres, développent souvent une seconde vie imaginaire dont ils ne parlent à personne. Imaginaire dans laquelle ils s’absorbent parfois totalement en créant mentalement des parents, des amis, un partenaire, un animal virtuel, avec un scénario complexe, beaucoup plus riche en événements que leur vie réelle. Parfois, ils donnent vie et parole à une poupée ou une peluche. Ces enfants donnent l’impression d’être toujours ailleurs, d’être absents. Il arrive que la victime se retrouve à s’observer parler, dans une distance continuelle avec elle-même. Comme il n’y a aucune réaction naturelle possible, cela l’oblige à « inventer » une posture, un état émotionnel et à les jouer comme un ac- teur. La solution pour elle sera alors éventuellement de s’ajuster sur les autres, de les observer puis de les imiter pour arriver à être à peu près en phase. Pour ne pas se retrouver à jouer tout le temps les caméléons, elle devra se créer un rôle qui tienne la route malgré les effets de la dissociation et jouer la personne qu’elle pense devoir être, ou la personne que ses interlocuteurs désirent trouver en face d’eux, en modélisant un personnage qui se met parfois à avoir une vie propre, avec sa cohérence et son histoire. Ces symptômes dissociatifs sont donc à l’origine d’une grande difficulté à maintenir un semblant d’unité et donnent l’impression de n’avoir aucune personnalité, avec une sensation de vide intérieur et un désespoir terrible18. Pour échapper aux souffrances liées à la mémoire traumatique, les victimes vont mettre en place des conduites d’« évitement », de « contrôle » et d’ « hypervigilance ». Les victimes traumatisées essaient-elles d’empêcher à tout prix toute réactivation d’un trauma en évitant tous les stimuli susceptibles de les déclencher ? Elles mettent en place des conduites de contrôle et d’évitement de tout leur environnement dans le but d’échapper à tout ce qui peut rappeler les violences, même inconsciemment, comme une situation de stress, des émotions, des douleurs, des situations imprévues ou encore un contexte (une date, un lieu), un regard, une odeur, une image, une voix, une intonation, un cri, un bruit, une phrase, un mot, une sensation (un attouchement). Elles éviteront d’y penser et surtout, d’en parler. La victime se sent en insécurité permanente. Elle a perdu toute confiance et la vie est devenue un terrain miné dangereux. Même si l’agresseur n’est plus présent et qu’elle est de fait en sécurité, sa mémoire traumatique des violences peut faire qu’elle se sente en danger permanent, menacée de revivre le traumatisme à n’importe quel moment, même en l’absence de danger réel. La victime d’abus va tout faire pour rester cantonnée dans un tout petit espace sécurisé, indemne de tout lien avec les violences, espace physique mais également espace psychique. Son psychisme deviendra une véritable machine à éviter tout ce qui peut risquer de déclencher sa mémoire traumatique17,18. Comme nous l’avons vu précédemment, les conséquences psychotraumatiques des violences apparaissent au travers d’amnésies (mécanismes neuropsychologiques étant une dissociation de sauvegarde)24-26. Depuis 2015, les amnésies traumatiques dissociatives font partie de la définition de l’État de Stress Post-Traumatique (PTSD). Il y a donc une reconnaissance clinique des séquelles du PTSD. Elles peuvent durer plusieurs dizaines d’années et entrainer une amnésie de pans entiers de l’enfance, presque sans aucun souvenir mobilisable, ce qui entraine une impression douloureuse d’être sans passé ni repère pour la victime. Quand l’amnésie se lève, les souvenirs traumatiques reviennent le plus souvent de façon brutale et envahissante sous la forme d’une mémoire traumatique fragmentée, non contrôlée ni intégrée (flash-backs, cauchemars). La personne revit les violences à l’identique avec la même détresse et les mêmes sensations. Il est dès lors important que les professionnels de la santé connaissent mieux ces phénomènes pour accompagner et traiter au mieux ces réminiscences sans les confondre avec des hallucinations. De même, les professionnels de la justice devraient tenir compte de ce trouble fréquent de la mémoire lors de plaintes pour violences sexuelles dans un contexte de souvenirs retrouvés et rechercher des preuves et des faisceaux d’indices graves et concordants pour les corroborer. Enfin, le législateur devrait également prendre en compte les « amnésies traumatiques » comme un obstacle insurmontable pour la révélation de violences lors de plaintes très tardives. Les délais de prescription actuels (entre 5 et 20 ans en Belgique, cf. Loi « Pot-Pourri II », MB, 19 février 2016) pour les agressions sexuelles (attouchement, viol sur majeur ou mineur) ou l’inceste sont insuffisants pour permette à toutes les victimes de faire valoir leurs droits18,23,27.

QUELS SONT LES ETAPES A FRANCHIR POUR SURMONTER L’OBSTACLE PSYCHIQUE DU TRAUMA ?

Comme nous l’avons étudié dans le point précédent, un(e) survivant(e) de l’inceste est une personne adulte ayant subi des violences sexuelles et émotionnelles dans l’enfance. Même si ces violences ne sont pas exercées avec brutalité, l’enfant en est victime car il est incapable de se défendre puisqu’il ne sait pas que ce que son agresseur lui inflige est interdit. Toutefois, un(e) survivant(e) de l’inceste est une personne qui a sa personnalité. Elle a réussi à mettre en œuvre beaucoup d’énergie pour survivre à ce qu’elle a vécu. Elle est une personne « normale » qui a vécu des choses « anormales » et qui, compte tenu de l’horreur de l’inceste, va développer des mécanismes de protection et de survie comme le déni. Ces mécanismes font très souvent souffrir et peuvent être destructeur pour le « Moi ». C’est pourquoi, elle cherchera à s’en débarrasser après en avoir pris conscience. C’est à ce moment-là qu’elle aura besoin d’aide (une personne ressource, un thérapeute, un médecin, un travailleur social, ...). L’inceste empêche l’enfant victime de se construire normalement. Il s’est senti trahi par ceux qui devaient l’aimer et le protéger. Sa confiance en lui et en l’autre devra se reconstruire. Cela prend du temps. C’est possible. Dès lors, les différentes étapes énoncées ci-dessous, permettront à la victime de pouvoir entreprendre son travail vers sa recons- truction.

Briser le silence

Le silence entraîne et maintient des séquelles importantes. Les personnes qui osent révéler les sévices sexuels attendent plus de cinq ans (voire plus de 30 ans) pour le faire. Le nombre de victimes qui ne parlent jamais ou qui tardent à parler de leur agression est très élevée28. Toutefois, nous nous interrogeons si c’est le fait de tarder à révéler l’abus qui amplifie les conséquences de la détresse psychologique et du PTSD ou si c’est l’ampleur de l’abus qui incite les victimes à observer le silence ? Nous remarquons cependant que les victimes semblent plus portées à dénoncer les faits lorsque l’agresseur est quelqu’un d’inconnu. Autrement-dit, les personnes qui lèvent tardivement le voile sur les sévices subis ou qui les gardent secrets sont plus souvent des victimes de membres de la famille (père, beau- père) ou de proches de la famille (grand-père, oncles, cousins, amis, ...). Le conjoint sera, en général, le premier confident2. La honte, le sentiment de culpabilité mais surtout le comportement de la société vis-à-vis des abus (inceste) empêchent les survivants de parler. Parler est le pas le plus difficile à franchir. La victime n’espère qu’une chose : être crue. Les victimes peuvent « aller bien », voire même être le « boute-en-train » de la classe ou de la famille. Mais derrière ce comportement, ce masque, se cache une profonde détresse à laquelle les professionnels doivent être attentifs.2

Sortir du déni
Le déni consiste à nier la réalité perçue . La victime ne choisit pas consciemment d’y entrer ni d’en sortir. Lorsque ce mécanisme est utilisé par la victime, celle-ci transforme inconsciemment la signification des faits qu’elle perçoit. En effet, ses perceptions sont cause d’angoisse. La réalité perçue est donc niée et à elle, se substitue un monde imaginaire, plus confortable. Ce mécanisme est aisément mis en place par l’enfant abusé ou incesté. Comme nous l’avons vu par le processus d’amnésie traumatique, par ce mécanisme de protection, le déni peut agir sur la mémoire, mais aussi sur la perception de la réalité. Le système de protection du déni à un coût qui peut s’avérer très élevé. Il ne faut pas oublier que l’inceste est un meurtre psychique et qu’il n’y a pas d’autres moyens d’y survivre. Le déni ne se contrôle pas, il est inconscient, contrairement à la dénégation qui, elle, est consciente. C’est un réflexe de survie. Il est comme une carapace qui protège la victime mais en même temps, l’isole du monde extérieur. C’est une double peine. C’est pourquoi, en sortir est salvateur mais douloureux aussi. Beaucoup de victimes sont sorties du déni quarante ou cinquante ans après les faits. L’abus ou l’inceste « sous clé » peut rester dans la mémoire mais peut aussi disparaitre jusqu’à ce que la personne soit capable d’affronter ce souvenir traumatique. Souvent, à l’âge adulte, à l’occasion d’un événement émotionnel important dans sa vie comme un mariage, la naissance d’un enfant, un divorce, un deuil, lorsque l’enfant de la victime atteint l’âge qu’elle avait au moment des faits, si l’enfant de la victime est aussi agressé, ou plus indirectement, à la lecture d’un ouvrage, un travail thérapeutique, une somatisation, ... la victime va se souvenir du passé « mis sous clé ». C’est une épreuve très douloureuse mais qui est le premier pas vers le rétablissement. Pendant ce temps, qui peut durer plusieurs années, la victime est à nu, à l’œuvre pour se reconstruire mais fragilisée aussi. Travailler avec un psychothérapeute dont l’alliance thérapeutique est consolidée est très importante. Sortir du déni est comme une seconde naissance : douloureuse, difficile, bouleversante et à la fois prometteuse d’une nouvelle vie. Rien ne permet de prédire à quel moment de la vie cela arrivera. C’est seulement quand la victime sera assez forte psychiquement pour traverser cette épreuve que le processus pourra s’enclencher. De plus, la sortie du déni peut se réaliser en plusieurs fois comme quand on se rétracte face à la lumière trop violente. Les victimes survivantes expriment souvent avoir mené plusieurs sorties du déni avant d’atteindre la sortie définitive2,19.

Comprendre et orienter sa colère

La colère fait partie du processus de deuil et donc de rétablissement. La colère n’est généralement pas consciente. Elle est plutôt retournée contre soi (automutilation, auto-sabotage) ou contre les proches inoffensifs (conjoint, enfant, ...). Cette colère est souvent le résultat d’un sentiment d’impuissance et d’injustice face à l’abus. Elle est d’autant plus forte que l’entourage et la société refusent d’entendre ce qui est arrivé et renvoient violemment la victime à son histoire. Être en colère coûte énormément en énergie. Orienter sa colère contre les bonnes personnes (l’abuseur et ceux qui le soutiennent, y compris la société) peut prendre du temps. Il existe une multitude de façons pour transformer cette colère en actes positifs. L’intervenant doit réellement mener une approche centrée sur la personne et ses centres d’intérêts et résonances : en aidant la victime à définir la reconnaissance personnelle, en lui permettant de se libérer par l’accomplissement de soi, par des tâches d’activation comportementale, d’évaluation des attentes et besoins personnels, écrire son journal de bord émotionnel pour apprendre à mieux identifier et réguler ses émotions, par l’ « art thérapie » libérateur, l’espace d’échange avec un groupe de parole, la méditation et l’imagerie mentale,... La colère est une émotion, un sentiment qui appelle à l’action et mobilise la victime, dans un temps très court, une quantité impressionnante d’énergie qui a besoin de s’exprimer. Il ne faut pas confondre la colère et l’agressivité qui sont deux notions différentes : la colère est une émotion primaire intense et spontanée que nous ressentons tous, tandis que l’agressivité est une réaction et une émotion secondaire2,29. La colère est une émotion aussi fondamentale que la faim, la solitude, l’amour et la fatigue. Lorsque la gestion est inefficace29, nous nous retrouvons dans des stratégies tels que le « syndrome de la personne ‘gentille’ » ou le « syndrome de la ‘peste’ ». Le syndrome de la personne « gentille » s’explique dans ce sens que dans les situations qui devraient normalement provoquer la colère, la personne « gentille » garde le silence. Son énergie va être utilisée à protéger l’autre et à conserver l’harmonie dans ses relations, aux dépens de la définition de son identité. Elle ne fait pas de vagues et sait de moins en moins ce qu’elle pense, ressent et veut réellement. Plus la personne est « gentille », plus elle accumule de la colère et de rages inconscientes, qu’elle réprouve et qui finissent par s’installer. Finalement, les vrais problèmes ne sont pas abordés et le cycle recommence. Quant au syndrome de la « peste », si la personne exprime sa colère sans que cela ait d’effet, elle se laisse volontiers coincer dans un cycle vicieux de comportement voué à l’échec. Elle sait que sa colère se justifie. Cependant, ses revendications ne sont pas exprimées clairement. Dès lors, sa colère entraîne la désapprobation des autres et non leur sympathie. Ceci fait augmenter son sentiment d’amertume et d’injustice. Et les vrais problèmes restent cachés. Ces deux types de comportements sont voués à l’échec. Ils sont des cycles infernaux d’auto-sabotages. Dans ces deux cas, la victime a l’impression de ne pas exercer de contrôle sur la qualité et le sens de sa vie. La dignité, le respect de soi et le sentiment d’efficacité personnelle (SEP) en souffrent car la personne n’a pas clarifié ni résolu les vrais problèmes qui l’affectent et rien ne change. La victime doit apprendre à trouver les origines véritables de sa colère et trouver de nouvelles façons de la communiquer et de l’exprimer afin de déposer ce qui a été à la fois enfoui et resté bloqué29.

Apprendre la confiance en soi, réapprendre à avoir confiance en l’autre

La confiance en soi est une sensation agréable qui émerge naturellement lorsqu’une personne se sent bien connectée avec ses propres points de repère. A l’inverse, le manque de confiance en soi est un sentiment désagréable qui provient d’un contact affaibli avec nos points de repère. Le manque de confiance en soi est un état soutenu par des pensées qui rejouent constamment les mêmes vieilles cassettes amenant la personne à douter de sa valeur et de ses capacités (faible SEP). Les victimes d’abus diront qu’« ils n’ont pas de repères ». Que ces repères sont faussés parce qu’étant enfant, ils n’ont pas été considérés comme un être humain mais comme un objet dont on se sert sexuellement. Ce traumatisme conduit à un sentiment d’insécurité qui contribue à un manque de confiance en soi2. Les parents « sains » influent sur la confiance que l’enfant a de lui-même en l’encourageant, en le valorisant et surtout en lui offrant leur amour même quand il fait des erreurs30. Si les parents et l’entourage (famille, ...) nient l’inceste (ou les abus), le sentiment d’insécurité de l’enfant accroît car ceux qui devaient le protéger et l’aimer le rejettent (demande de garder le silence, accusation de mensonge).12 L’inceste a créé une confusion mentale qui brouille les pistes, occulte les solutions et alourdit l’état émotionnel de la victime qui en souffre. Mais ce manque de confiance n’est qu’un résultat. Il ne s’agit pas de la vraie nature de la personne. Il ne s’agit pas non plus d’une condition héréditaire. Les parents « toxiques » de l’enfance, l’agresseur, ont contribué au développement de schémas de pensées qui entretiennent les doutes sur l’individu lui-même. Elle n’aime pas ce qu’elle croit être. Cela l’amène à s’éteindre à petit feu. La plupart des personnes n’ont jamais vu leur véritable image car elles se définissent à travers le regard de l’autre. Comme nous l’avons dit plus haut, le manque de confiance est un résultat qui indique la présence d’une partie authentique de soi-même qui souhaite tout simplement sortir de l’ombre. Pour un survivant de l’inceste ou d’un abus (sexuel, émotionnel, psy- chologique), apprendre la confiance en soi peut passer par des étapes souvent difficiles et douloureuses : faire le deuil de ses parents idéaux ; rompre avec sa famille « toxique » ; surmonter une dépendance affective ; accepter et aimer la solitude ; s’affirmer vis-à-vis de l’autre ; apprendre à dire « non » ; parfois accepter une médication temporaire ; ou bien réaliser une travail thérapeutique avec l’aide d’un professionnel8,12,31.

Accepter l’intimité pour vivre sa sexualité

L’intimité est généralement définie comme une vie intérieure profonde. Il s’agit de la nature essentielle d’une personne. L’intimité reste souvent cachée sous les apparences32. D’après P. Janne, C. Reynaert et C. Lamy-Bergeot33, « l’intimité serait la capacité des liens étroits avec quelqu’un (...). Par opposition, l’intime suppose un état ou une situation qui n’a pas de caractère public et évoque dès lors d’emblée à nos yeux de systémiciens la notion de ‘frontière’ (...) ». Gagnon et Thériault34 rapportent que la capacité de se révéler, de communiquer et de faire confiance à l’autre est un préalable pour exercer ses capacités d’intimité dans un contexte de rencontres érotiques. Ainsi, l’ouverture de soi devient une voie indispensable pour tresser un lien d’intimité avec son référent et conduire progressivement à l’élaboration de comportements sexuels empreints d’émotivité partagée. Dans son ouvrage, Marcel Nuss32 reprend Pelletier35 qui, selon lui, parle de l’intimité comme « d’un territoire que chaque individu tente de garder, afin de préserver son identité propre. Lorsque l’on permet à l’autre de traverser ce territoire, on accepte de baisser les barrières, de se dévoiler à l’autre ». Cette idée de territoire privé, dans laquelle la notion d’acceptation et de partage n’exclut pas les possibilités de manque de consentement, de violation, résume l’ensemble des étapes possibles du vécu d’une intimité2 ,8. Nous pouvons affirmer que l’inceste constitue la plus grave violation de l’intimité d’un enfant, adulte en devenir, être en construction. Les adultes qui doivent préserver la sphère intime de l’enfant la pé- nètrent. Ils la détruisent physiquement et psychologiquement. L’enfant victime perd ses repères et, son identité en construction est fragilisée. Pour les survivants de l’inceste, l’intime est à construire et l’autre à découvrir. Savoir préserver son intimité ou la partager par crainte, c’est aussi la voie pour se reconstruire et construire un couple équilibré dans laquelle chacun garde sa personnalité sans être à nouveau envahi par l’autre. Apprendre à savoir ce que l’on a à donner, à montrer à l’autre mais aussi à recevoir de l’autre est, en un sens, toute la question de la vie du couple (actuel ou futur). L’intimité et la sexualité sont liées. Pour vivre une sexualité équilibrée, la victime a besoin de se réapproprier son être, de connaître et de ressentir son corps, d’avoir confiance en l’autre, de se débarrasser de son système de protection qu’elle a mis en place et utilisé comme résilience pour faire face aux agressions, et enfin apprendre à lâcher prise sur sa souffrance. Cela prend du temps et nécessite un travail sur soi conséquent car l’inceste est un crime qui touche, non seulement au corps, mais aussi aux fondations de l’individu. Du fait du traumatisme de l’inceste, la sexualité est bien souvent un obstacle à surmonter pour les victimes. Les difficultés et les dysfonctionnements peuvent se traduire de différentes façons : anorexie sexuelle (vaginisme, trouble de l’érection, ...) ; flashs visuels, olfactifs, sonores ; association de l’acte sexuel à l’agression et au traumatisme ; dissociation (dead fish); absence de désir; peur de l’autre; peur de l’intimité; projection de l’image de l’agresseur sur le partenaire sexuel; troubles sexuels (sado-masochisme, domination, fétichisme, …)2,8,11  Dès lors, pouvons nous poser la question du devenir de la sexualité après un abus sexuel ? Quand une personne a été victime d’un abus sexuel, il est fréquent qu’elle soit amenée à consulter un psychothérapeute. Toutes ne sont pas amenées à le faire, car, devant un même type d’agression, dans un contexte quasi similaires plusieurs personnes ne réagiront pas forcément de la même manière. Certaines auront du mal à surmonter les réper- cussions de l’acte de l’agresseur (avec toutes les répercussions négatives, psychiques et physiques de son vécu). Tandis que d’autres trouveront en elles (concept de résilience) et autour d’elles les ressources nécessaires pour atténuer l’impact que l’abus aurait pu avoir sur leur vie. Toutefois, quand la personne est amenée à consulter, différents types de troubles peuvent se présenter : le syndrome de PTSD. En effet, dans la sexualité, si on ne tient pas compte de ce trouble, cela n’a pas de sens. Il y a également les comportements sexuels qui peuvent être problématiques, des différentes compulsions sexuelles ou non et des comportements d’autodestruction et d’automutilation à prendre en compte. De manière générale, toutes ces manifestations peuvent être aggravées par le fait que l’abus sexuel et les conséquences de l’abus sont minimisées, refoulées, voire complètement niées, par le sujet si elle se trouve dans un processus de déni destructeur ou par les personnes de l’entourage. Il n’est pas rare que, dans un environnement familial, l’auteur soit protégé et la victime exclue de la famille. Et si la révélation de l’abus sexuel, de l’inceste, fait en effet prendre le risque à la famille d’imploser, cette attitude de déni fait courir le risque, à la victime, de développer des symptômes très graves2,11. Pour terminer, nous avons longtemps sous-estimé les conséquences des agressions sexuelles sur les personnes abusées et, c’est seulement depuis peu, qu’on commence à prendre en compte leurs souffrances. Les répercussions des abus sexuels sur la santé des victimes sont importantes aussi bien au point de vue physique que psychique et ce, du court au long terme de sa vie. Nous pensons qu’une prise en charge les concernant où interviendraient les médecins, les psychiatres, les psychologues, mais aussi les psychothérapeutes et les kinésithérapeutes, pourrait aller dans le sens de plus d’efficacité. Pour aider ces victimes à surmonter ces épreuves, les aider à envisager l’avenir où l’abus sexuel ou l’inceste sera dépassé. Le chemin vers la guérison est parfois long et difficile 12,36.

Sortir de la co-dépendance ou dépendance affective

Pour Aubry2, les personnes qui entretiennent des relations de codépendance s’emparent de l’autre ou se sacrifient constamment pour l’autre. Celle qui s’empare de l’autre éprouve un immense besoin de sécurisation de soi, de mise à l’abri et de « contrôler » les gens qui l’entourent tels que le conjoint, les enfants ou encore les collègues de travail. Elle tente aussi de contrôler l’affection, l’amour, l’attention et l’approbation qu’elle reçoit ou les relations sexuelles par la colère, la violence, la critique, l’accusation, l’irritation, la justice, le besoin, le touché excessif, les discours incessants, et/ou la dramatisation émotionnelle. A contrario, les personnes qui se sacrifient constamment pour l’autre, oublient leur propres besoins et désirs pour satisfaire ceux des autres. Ils vivent pour et à travers les autres dans le but de recevoir l’« amour » et l’ « approbation » en retour. En raison de leur difficulté à dire « non » aux autres, ces personnes sont souvent victimes de relations abusives (personnes toxiques), que ce soit émotionnellement ou physiquement. Leur croyance est d’amener l’autre à changer si elles parviennent à les aimer ou à donner suffisamment. Les émotions et les ressentis personnels sont mis sous silence. En effet, un comportement de codépendance résulte souvent d’une expérience de vie vécue au sein d’un système dysfonctionnel, qu’il soit familial d’origine ou relationnel conjugal. Dans ce contexte, les victimes souffrent en secret de peur, de colère, de douleur et de honte. Les familles dysfonctionnelles ne peuvent pas admettre l’existence de problèmes (abus d’alcool, drogue, maladie mentale chronique, abus physiques, sexuels, émotionnels, divorce ou un environnement hostile et extrêmement tendu). Elles n’en parlent pas et ne leur font pas face (déni), à contrario, elles fuient. Dès lors, les membres en souffrance de ces familles, apprennent à refouler leurs émotions et à ignorer leurs besoins personnels. Le besoin obsessif de tout contrôler (alimenté par le besoin de sécurité) ou d’aider les autres (alimenté par le besoin d’amour ou d’approbation), sans parler de leur fixation sur les autres, car c’est la seule façon qu’ils ont obtenu pour esquiver ou ne pas ressentir la douleur émotionnelle, le vide ou la dévalorisation qu’ils héritent de leur traumatisme. Une fois adultes, les codépendants ont tendance à entretenir des relations avec des personnes « peu fiables », indisponibles sur le plan émotionnel, contrôlantes ou même carencées. En recherchant à recevoir de l’amour et l’approbation qu’ils désirent auprès de personnes qui sont, elles-mêmes aussi, dans le besoin, les codépendants s’engagent souvent dans des relations où ils se sentent piégés ou qui provoquent des ressentiments, des sentiments de désespoir, de la colère, de l’impuissance, de la solitude et aussi de l’abus2,37.

LES TROUBLES OBSERVES CHEZ LES PERSONNES AYANT ETE VICTIMES D’ABUS SEXUELS / INCESTE

Les dégâts de l’inceste ou de l’abus sexuel, mais aussi émotionnels, constituent un torrent tumultueux qui balaie tout dans l’âme de la victime et qui inclut : le sentiment d’impuissance, de trahison, manque de confiance en soi et le sentiment d’ambivalence ; ainsi que plusieurs autres symptômes : troubles alimentaires, troubles sexuels, dépressifs, anxieux, troubles obsessionnels compulsifs (TOC), tentative de suicide, automutilation, addiction, criminalité, perversion, ... Parmi les facteurs qui s’unissent pour voir éclore tous ces troubles, chacun joue un rôle. Bien entendu, vous n’avez pas forcément subi d’abus si vous souffrez d’un trouble du comportement alimentaire ou autre. Cependant, si quelqu’un a abusé de vous, ce traumatisme a pu contribuer, avec d’autres facteurs de stress et/ou événements de vie significative au déclenchement d’une anorexie restrictive ou d’une anorexie avec phase boulimique, ou à tout autre troubles (sexuels, TOC, addiction, ...). Leduc38 et Russell39 distinguent trois niveaux d’abus sexuels avec contact physique : l’abus sexuel très grave qui comporte la tentative de relation sexuelle ou la relation sexuelle vaginale, orale ou anale, ou encore le cunnilingus ou l’analingus ; l’abus sexuel grave qui consiste en des caresses génitales, un rapport sexuel stimulé, une pénétration avec les doigts ou toute tentative de perpétrer de tels gestes ; et ensuite, les abus sexuels moins graves, mais tout aussi conséquents, comme le touché des fesses, les seins, les cuisses ou toute autre partie du corps par-dessus les vêtements ou les baisers non désirés, ainsi que toute tentative de poser ces gestes. Nous ajouterons que toute tentative ou forme d’agression sexuelle est un fait grave même si, contrairement pour l’auteur, il classe ces gestes par ses propres degrés de sévérité. Les exemples indiqués ci-dessus ne constituent pas une liste exhaustive de toutes les formes que peuvent prendre l’abus sexuel. La pénétration vaginale ou anale à l’aide d’objets, les jeux de groupe où des gestes à caractère sexuel sont forcés, les participations forcées à des relations sexuelles à plus d’un partenaire ou l’échangisme non désiré et le viol collectif sont d’autres formes que peuvent prendre les abus sexuels [38]. La pléthore de séquelles empoisonnent la vie des victimes d’abus. Parmi celles-ci, on retrouve une tendance à trop se coller sur les gens ou à éviter les contacts physiques, à sursauter, à faire des cauchemars ou de l’insomnie, à craindre de nouveaux abus, à refuser de s’alimenter ou manger compulsivement, des dysfonctions sexuelles, des difficultés à s’affirmer et à avoir confiance en soi, de la honte, une faible estime de soi, une baisse de la capacité à se concentrer, des troubles dépressifs, PTSD, anxiété généralisée, TOC, des idées suicidaires, à s’auto-mutiler ou être coupé de ses émotions, à vivre des malaises physiques d’origine psychologique, à abuser de l’alcool ou de drogues et dans certains cas, à souffrir d’un trouble dissociatif de l’identité. Le nombre de victimes d’abus sexuel ou d’inceste qui ont développé des troubles alimentaires et comportementaux reste néanmoins difficilement quantifiable. Leduc38 souligne, cependant, que le lien inconscient entre la nourriture et la sexualité se fera d’emblée si la personne qui nourrit et abuse l’enfant ou l’adolescente est la même. La victime rejettera toute nourriture si elle symbolise quelque chose à partager avec l’auteur de l’abus. Après l’enfer de l’anorexie, peut suivre celui de la boulimie. Une fois la boulimie installée, c’est très difficile de l’arrêter même avec une psychothérapie. Selon les statistiques de l’ANEB (site Anorexie et Boulimie, Québec), il y aurait un tiers d’individus boulimiques qui s’en sortent complètement, un tiers qui s’en sortent partiellement et un autre tiers qui resteraient accrochées à la boulimie toute leur vie parce que les victimes s’empêcheraient de parler de leurs émotions réelles. En effet, la honte et la gêne freinent certaines femmes à dévoiler à leur psychothérapeute ce qu’elles ont enduré. Ce n’est qu’après plusieurs mois voire plusieurs années de consultations que la relation de confiance deviendra avérée parce qu’elle va se nouer lentement et donc, osera, timidement, se libérer dans la parole18,38.

RELATIONS ENTRE TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMEN- TAIRE ET ABUS SEXUEL

Si les antécédents de traumatismes dans l’enfance sont des facteurs de risque bien connus des troubles de l’humeur, troubles anxieux, troubles du stress post-traumatique, troubles liés à l’usage de substances et de troubles de la personnalité, leurs liens avec les troubles des conduites alimentaires (TCA) semblent bien moins documentés. Des recherches ont néanmoins été effectuées, tentant d’objectiver les relations existantes entre TCA (Troubles du Comportement Alimentaire) et ASE (Abus Sexuel dans l’Enfance). Il apparaît, selon les résultats d’une étude réalisée par Afifi40 suite à une enquête épidémio- logique recueillie en 2012-2013 dont l’échantillon représentatif à l’échelle nationale de la population adulte des États-Unis (N=36 309), que les TCA tout au long de la vie (anorexie et boulimie nerveuse et trouble de l’hypergagie boulimique) - évaluation selon les critères diagnostiques et statistiques des troubles mentaux (DSM-V19) - apportent comme résultats de recherche que tout trouble alimentaire au cours de la vie était de 1,7 % soit 0,8 % chez les hommes et 2,7 % chez les femmes ayant subi des maltraitances (physiques, émotionnelles, sexuelles, psychologiques). Les intervenants médicaux et psycho-sociaux doivent être conscients que les expériences d’abus sont associées à une probabilité accrue de troubles de l’alimentation. Ces relations sont significatives entre hommes et femmes, bien qu’il existe des différences notables entre les sexes. D’autres études parallèles ont été réalisées entre la psychopathologie des TCA et les effets délétères des traumatismes sexuels subis pendant l’enfance sur l’image du corps, le développement sexuel, les relations interpersonnelles et l’estime de soi. Certains auteurs comme Bailey, Calam et al.41-43, se sont attachés à évaluer la fréquence des comportements alimentaires déviants chez les victimes d’abus sexuels. Ils ont, pour la plupart, échoués à démontrer que les antécédents d’agression sexuelle favorisent les risques de TCA. Smolack44 et Hasting45 ont, cependant, trouvé une association entre l’existence d’ASE et les scores à certaines échelles d’évaluation du comportement alimentaire ou le diagnostic de boulimie. D’autres observateurs ont étudié la prévalence d’antécédents d’ASE chez les patientes souffrant de TCA. Leurs résultats ont été divergents (entre 7 % et 65 %), avec, néanmoins, une majorité d’études estimant la fréquence d’antécédents d’ASE en population indemne de trouble mental (10 %). Les comparaisons de sujets boulimiques avec des patients souffrant d’autres troubles psychiatriques ont montré peu de différences, ce qui tendrait à démontrer que les relations entre ASE et TCA en termes de comorbidité n’ont rien de significatifs46,47. Par ailleurs, il est important de différencier abus sexuel intrafamilial et extrafamilial. Selon une étude de Tracy48 sur 390 patientes avec antécédents d’abus sexuel intra- familial, celles-ci ont souffert plus souvent de TCA (17 des 36 sujets, soit 47 %) que celles qui n’avaient pas d’antécédents d’ASE (30 des 142 sujets, soit 36 %). Ensuite, il est primordial, également, de différencier « atmosphère incestueuse » et « inceste avéré ». Le pourcentage de violences sexuelles pendant l’enfance et l’adolescence parfois rapportées par les patient(e) s est considérablement moins élevé que celui habituellement retrouvé dans les populations d’individus souffrant de boulimie ou d’un TCA quel qu’il soit49.

Une autre approche dont nous souhaiterions aborder dans cette section est la notion de l’incestuel et les troubles alimentaires. D’où notre question d’étude de ce chapitre du Comment un climat incestuel pourrait-il contribuer à l’apparition d’un syndrome de trouble alimentaire chez les adolescentes et jeunes adultes, entre-autre, l’anorexie mentale ? Dans ce paragraphe, nous approcherons notre analyse sur l’aspect transgénérationnel sous-tendue par la manière dont le sujet tenterait de trouver une réponse dans l’anorexie. En effet, nous avons pu constater à plusieurs reprises, dans nos lectures, que les profondes ambivalences et les enjeux narcissiques de relations mères-filles peuvent s’étaler sur plusieurs générations50,51. Dès lors, nous pouvons nous poser la question suivante : comment un tel mécanisme se met-il en place ? Tout d’abord, Corcos52 souligne que l’anorexie est avant tout une pathologie du lien dont les aspects transgénérationnels, en particulier argués par la grand-mère maternelle, sont loin d’être négligeables. Il remarque que dans un grand nombre de famille d’anorexiques, le « fantasme du même » plane comme si la différenciation du « moi » entre les générations ne peut trouver une place. Il évoque aussi, dans la genèse des conduites de dépendance, une certaine instabilité de l’identité maternelle, à référer à une dimension transgénérationnelle, qui crée une discontinuité de présence physique et psychique de la mère auprès de son enfant ou de son adolescent(e). Ensuite, la notion de secrets et de non-dits nous a également interpellés. Dès lors, notre première question est de comprendre si la naissance de la pathologie du lien (indifférenciation du soi) est-elle la conséquence des secrets et non-dits (crypte et fantôme) au travers du transgénérationnel ? « L’individu est un groupe intériorisé dont la psyché est soumise à des épreuves de générations ». C’est l’approche que Nicolas Abraham53 consacrait, voici près d’un quart de siècle, avec sa « théorie du fantôme et des cryptes » concernant la transmission psychique entre individus. Premièrement, les écrits de Nicolas Abraham et Maria Törok53 insuffleront de nouveaux paradigmes tels que l’« introjection », l’« inclusion » et le « fantôme » au sein de l’inconscient. En effet, ces auteurs indiquent qu’il peut se produire chez un descendant une « greffe désorganisatrice » d’un secret (traumatique) de son parent, de ses ascendants, créant en conséquence un vécu insu, troublant et parfois même subtil. En d’autres termes, le descendant « serait » hanté par un fantôme transgénérationnel54,55. Ils métaphorisent ainsi les troubles agissant du secret traumatique des générations précédentes, pour mieux laisser distinguer leur impression profondément perturbante et leurs effets d’exclusion et de marginalisation. Les auteurs décrivent un travail silencieux, tapi et troublant de conséquences qu’a eu le traumatisme sur la ou les générations suivantes : une transmission inachevée produisant des « trous » et des « énigmes », porteurs de symptômes physiques et de symptômes mentaux. Ensuite, la notion d’introjection se rapporte au concept freudien d’élaboration psychique. Quand cette élaboration n’est pas possible, il en résulte une souffrance psychique. Dès lors, Abraham et Törok53 désignent cette introjection impossible, une « inclusion », dont le siège de celle-ci est le « moi ». L’ébranlement des parois de cette inclusion se manifeste par des « fantasmes d’incorporation ». A un niveau topique, et non plus dynamique, il en résulte une configuration psychique qu’ils nommeront « crypte ». Par ailleurs, Claude Nachin56,57 proposera de considérer la crypte comme une « forclusion partielle et localisée » (terme différent de celui donné par J. Lacan en relation avec le « nom du père »). Concrètement, le fantôme résulte donc des effets sur l’inconscient d’un sujet dont la crypte d’un autre, c’est-à-dire sur le secret inavouable. Ce sujet est alors conduit à symboliser, par rapport à un autre, présent en lui, sous la forme d’un objet psychique interne, aux dépens de sa vie pulsionnelle propre. Dès lors, nous nous demandons si le fantôme serait-il issu de l’effet de l’inconscient de X sur la crypte de Y en sachant que X symbolise Y et que X tend vers zéro, soit l’élimination du Soi au travers du symptôme de l’anorexie ? Tisseron58 estime que lorsque le porteur de fantôme est le descendant d’un porteur de fantôme actif et que le travail du fantôme intervient en seconde génération, la situation devient encore plus complexe : « celui qui porte un fantôme porte celui d’un ancêtre ». En effet, ce qui est innommable pour le parent est impensable pour le descendant. On se heurte alors à des angoisses sans nom et à des symptômes corporels pouvant parfois être étranges. Toutefois, la gravité des troubles est d’autant plus grande s’il existe un fantôme important dans les deux lignées dont est issu le sujet. La honte familiale joue également un rôle, dans ce sens qu’elle est totalement recouverte par le silence qui pourra s’exprimer plus tard par les maladies physiques ou psychiques chez les descendants. Alors, comment, par le lien à la mère (voire même la grand-mère maternelle), agissent ces fantômes, ces non-dits, ces secrets sur les individus souffrant d’anorexie ? Corcos51,52 parlera d’« emprise narcissique ». Est- ce que cette emprise narcissique donne une toute puissance à la mère et à la grand-mère qui empêche toute différenciation car un secret est à protéger ? Prenons le cas d’une situation clinique rencontrée lors de nos consultations. Il s’agit d’un cas d’anorexie aliénée au travers de trois générations de femmes. La grand-mère maternelle n’avait permis aucune différenciation à sa fille, excluant le père dans sa relation fusionnelle avec sa fille dans un climat incestuel mère-fille. Quand la fille a été mère à son tour (fille-mère car elle avait eu un enfant d’une relation adultérine), la grand-mère a pris en charge l’enfant et la triangulation entre les trois femmes s’est refermée dans une indifférenciation totale pour la troisième. La réponse de la petite- fille, pour sortir de cette indifférenciation, s’est marquée dans l’anorexie. Dans l’agir corporel de l’anorexie, pour Corcos51,52 « la dimension transgénérationnelle (...) dans ces conduites de rupture de filiation corps-à-corps (...) impose de vivre dans des désirs parentaux mortifères, ou même dans des non-désirs, tous les deux synonymes d’absence d’investissement ». Corcos52 considère également que le dysfonctionnement dès les premières interrelations mères-enfants, trouve son fondement dans des secrets ou des non-dits qui aspirent la personne dans un questionnement sur son origine, son identité, sa filiation. Enfin, au travers de ces deux questions posées, nous pouvons entendre que l’anorexie mentale serait une forme de réponse à des secrets et des non-dits (traumatiques) ou une honte qui plane et qui aspire le sujet dans un questionnement sur son origine à travers les générations. Nous citons F. Perrier59 qui, en se basant sur le modèle métaphorique de Winnicott60 de la construction identitaire en regard du miroir que constitue le visage de la mère et de la famille, dira ceci : « Le regard me regarde-moi. Il me voit à la place que j’occupe en lui », mais aussi sur l’identité des corps et des modes de ressentis sensoriels et des modes proprioceptifs. Le miroir maternel est un miroir ancien et profond plus ou moins obscur et c’est, sans doute, la dimension transgénérationnelle de ces troubles qu’il faut dès lors considérer. Rapportons-nous au postulat de Racamier10 selon lequel il dira que « lorsque la bouche du bébé travaille au sein, son œil travaille au monde ». L’anorexie tenterait-elle donc à disparaitre pour se rapprocher de manière intergénérationnelle du fantôme du miroir ?

QUAND L’ADULTE PREND CONSCIENCE DU TRAUMATISME SUBI DANS SON ENFANCE : QUELS ONT ETE SES MECANISMES DE RESILIENCE POUR S’EN SORTIR ?

Qui aurait pu imaginer qu’un enfant ayant subi un drame personnel puisse devenir un adulte responsable sans développer de psychothérapie significative ? A une époque, peu pensaient cela réalisable, mais la découverte de ces personnes conduit à de nombreuses études concernant le processus de libération, appelé résilience9. Avoir traversé une épreuve et être sûr d’en avoir triomphé ne peut être affirmé que rétrospectivement. C’est en se rendant compte du parcours effectué que l’on comprend l’ampleur de ce que l’on a vécu et à postériori. Cela peut donner le vertige quand on regarde à nouveau sa vie dans le rétroviseur. Mais cela peut être bénéfique de constater avec quelle créativité l’individu peut se reconstruire malgré de tels traumatismes. Cela constitue un beau processus psychologique de plasticité cérébrale. Parmi tous ces mécanismes créatifs de la résilience, au niveau de l’imaginaire de la victime, c’est sur le mode de l’écriture comme moyen de résilience que nous allons axer notre attention. L’écriture est, en effet, un outil créatif qui permet au sujet ayant vécu un traumatisme de mettre du sens sur sa souffrance, en donnant vie à l’expérience intime. La sublimation est, à travers l’écriture, une forme de mise en sens du trauma. A travers ce chapitre, nous allons tenter de mettre en évidence les liens qui existent entre le silence traumatique et l’écriture. Selon Nayla Chidiac61, l’écriture consécutive au traumatisme serait une écriture à visée curative. En effet, il s’agirait, pour la personne qui écrit, de mettre en marche un travail de liaison de reconstruction, de tissage. L’écriture surgit parce qu’il y a impossibilité de l’oubli et, en même temps, impossibilité de l’intégration de l’abus. Dans cet entre-deux imposé par le réel traumatique, l’écriture advient comme « le sauveur inespéré » pour celui qui ne peut pas dire l’horreur qui l’obsède. Face à l’événement traumatique qui fragmente l’individu, le démolit et peut aller jusqu’à le nier, l’écriture s’impose alors comme un travail psychique de liaison, de lien et de liant avec le soutien essentiel du thérapeute. L’écriture est également, pour le sujet ayant vécu des abus (psychologiques, émotionnels, physiques, sexuels) ou l’inceste, un garant non plus du traumatisme mais de sa « survie ». Derrière les mots, le sujet dénonce sa souffrance psychique. C’est un mode d’expression privilégié qui permet d’exprimer les émotions et de s’en libérer. L’écriture, comme médiation, permet de croire en une existence séparée, en une identité personnelle ce qui fait souvent défaut dans les traumatismes de l’enfance. Elle permet de participer au processus de restauration du « moi » effracté par le trauma ; à une reconstruction identitaire. Par ailleurs, pour écrire le silence, ce qu’il est « impossible » de dire, il faut parfois réinventer l’écriture, la fabriquer, au sens de créer. Le silence pose la valeur du langage dans sa globalité comme étant problématique. Se taire est une façon de prendre position au même titre que se prononcer. Du point de vue psychanalytique, l’accent peut être mis sur les phénomènes de transfert et de contre-transfert, d’identification, c’est-à-dire le travail par lequel l’individu se constitue ou se reconstitue. Du point de vue comportemental et cognitif, l’écriture permet à la personne une prise de conscience, l’amenant à repenser les distances entre sa pensée et les actes, entre soi et les autres. Enfin, dans le cadre de la thérapie, pour les cas de traumatismes récents, l’évocation de l’événement traumatique dans un face-à-face permet de soutenir la crainte d’effondrement lorsque le récit est restitué. Dans les cas où la parole est complexe car elle semble parfois effracter le sujet qui s’impose alors une certaine retenue, le travail d’écriture thérapeutique permet d’aider la personne à mettre une distance entre son vécu et son ressenti étouffant, voire encore inconnu61-63. Ernaux63 parle « d’écriture comme d’un couteau ». Il choisit le terme « d’arrêt sur image », de message que la victime d’abus ou d’inceste se repasse sans cesse, tout étant invisible et muet, jusqu’à ce que les mots arrivent sur la feuille. Le besoin d’écrire est là, afin de mettre du sens sur la souffrance en donnant à voir et à savoir l’expérience intime. La sublimation serait, au travers de l’écriture, une forme de mise en sens du trauma adressée à l’autre.

CONCLUSION

L’objectif général de cet article a été d’aborder les mécanismes psychologiques et les dysfonctionnement psychiques, cognitifs et comportementaux engendrés par l’abus sexuel ou l’inceste ; notamment, le processus d’amnésie traumatique et post-traumatique, l’amnésie traumatique dissociative présente dans le PTSD, les troubles alimentaires (anorexie, boulimie), les troubles dépressifs et anxieux, les addictions et troubles sexuels constituant de réels boucliers et armures pansants comme mécanisme de protection de soi. Dès lors, nous comprenons mieux comment ces processus psychologiques et troubles pathologiques permettent aux victimes de survivre. Malgré l’impact des maltraitances psychologiques et des blessures émotionnelles, il est possible pour certains sujets de surmonter le traumatisme de l’abus. Malgré l’impact du PTSD et de la dissociation de la mémoire traumatique, l’enfant victime, devenu adulte, peut travailler, de manière analytique et/ou en pleine conscience, sa souffrance psychique. L’intérêt de l’écriture, comme outil créatif et thérapeutique, permet au patient de travailler, de manière sécurisée, sa souffrance psychique en la déposant. Par ailleurs, en tant que thérapeute, nous sommes bien souvent amenés à accueillir la souffrance des victimes d’abord, par leurs symptômes annexes (en comorbidité avec le traumatisme de l’abus) comme première porte d’entrée en entretien psychologique. Il est important de tenir compte du processus psychique du patient et du lien thérapeutique qui se crée avant que la parole du traumatisme réel trouve son chemin. L’approche thérapeutique menée par l’intervenant doit être, avant tout, centrée sur la personne dans le respect de ses résistances et ses non-dits. Ensuite, il est également important que le patient ait accès et puisse choisir l’alliance désirée avec un intervenant ressource externe qu’il soit médecin, psychologue ou thérapeute. Enfin, bien que les résultats de recherches portant sur les éventuels liens corrélationnels spécifiques entre TCA et ASE ne soient pas significatifs, ils démontrent cependant une association bien que non significative entre l’existence d’ASE et de TCA ou le diagnostic de boulimie26. De plus, l’impact transgénérationnel des « non- dits » et « secrets familiaux » pouvant amener à la formation de cryptes propres à chaque mythe familial, peut engendrer une problématique de troubles alimentaires comme l’anorexie mentale chez la jeune femme. Ce qui nous amène à nous poser la question suivante : l’anorexie tenterait-elle donc à disparaitre pour se rapprocher de manière intergénérationnelle du fantôme du miroir familial ?

REMERCIEMENTS

Remerciements particuliers au Pr Pascal Janne pour ses conseils, ses encouragements à l’élaboration de cet article et le temps offert par ses relectures patientes, pertinentes et attentives des différentes versions du présent manuscrit. Remerciement à toutes les personnes qui nous ont encouragées pour ce travail : le Dr Daniel Duray, le Dr Karima Bakhtri, nos familles et amis.

RÉFÉRENCES

1. Allain Dupré Brigitte, Guérir de sa mère, de la blessure à la réalisation de soi, Editions
Eyrolles ; 2016
2. Aubry Isabelle, Vivre en couple après l’inceste, éditions J. Lyon, Paris ; 2015

3. Guerin Violaine, Stop aux violences sexuelles, Écoutons ces corps qui parlent !, auto-
éditions ; 2011
4. Lacambre Mathieu, Carole Domiani, Roland Coutanceau, AFTVS (association Française
de Thérapie des Violences Sexuelles), Collection : Psychothérapies, Dunod ; 2016
5. Lavoisier Antoine, Traité élémentaire de chimie, Éditions Cuchet ; 1789, chapitre 1, p.107
6.Daligand L., L’enfant abusé et sa parole annulée, Champs psy ; 2012/1 ; 61, 93-107
7. Haesevoets Yves-Hiram, Traumatismes de l’enfance et de l’adolescence, un autre regard
sur la souffrance psychique, Ed. Deboeck ; 2016
8. Haesevoets Yves-Hiram, L’enfant victime d’Inceste, de la séduction traumatique à la
violence sexuelle, Ed. De Boeck Supérieur ; 2015
9. Cyrulnik B, Les nourritures affectives, Odile Jacob ; 1993
10. Racamier P-Cl, L’inceste et l’incestuel, Paris, Dunod ; 2010
11.Haesevoets Yves-Hiram., L’enfant victime d’inceste: symptomatologie spécifique ou
aspécifique ? (essai de conceptualisation clinique), Psychiatrie de l’Enfant, XI, 1, PUF, Paris ;
1997 ; 87-119.
12. Aubry Isabelle, Révéler l’Inceste à son entourage, Paris : AIVI PDF ; 2008
13. Piaget J, La psychologie de l’intelligence, Armand Collin, Paris ; 1923
14. Nemtchenko Georges, Fillettes abusées, femmes en souffrance, collection : Réponses,
Ed. R. Laffont ; 2011
15.Ferenczi Sandor, Confusion de langue entre adultes et l’enfant, Petite Bibliothèque,
Editions Payot & Rivages ; 2004
16.Freud Anna, 1936, Le Moi et les mécanismes de défense, Paris : PUF ; 1996
17. Salmona Muriel, Dissociation traumatique et troubles de la personnalité post-
traumatique. In Coutanceau R, Smith J. (eds). Les troubles de la personnalité en criminologie
et en victimologie, Paris, Dunod ; 2013.
18. Salmona Muriel, Le livre noir des violences sexuelles, Ed. Dunod ; 2018
19. Salmona Muriel, Mémoire traumatique et conduites dissociantes, in Coutanceau R, Smith
J (eds). Traumas et résilience. Paris, Dunos ; 2012
20. American Psychiatric Association. DSM V, Manuel diagnostique et statistique des
troubles mentaux, trad. Coord. Par Crocq MA, Guelfi JD et al. Paris : Masson ; 2015.
21. Briere J, Conte J: Self-reported amnesia in adults molested as children. J Trauma Stress ;
1993 ; 6:21–31

22. Williams, L. M., Recall of childhood trauma : a prospective study of women’s memory
of child sexual abuse. in Journal of consulting and clinical psychology; 1994; Vol. 62, n°6, p.
1167-1176
23. Salmona Muriel, La prise en charge médicale des enfants victimes. Le parcours judiciaire
de l’enfant victime sous la direction de Attias D. et de K l., ed. Eres ; 2011
24. Van der Kolk, B.A., &Van der Hart, O., The intrusive past : The flexibility of memory
and the engraving of trauma, American Imago; 1999 ; 48, 425-454.
25. Van der Kolk, B.A., Fischer R., Dissociation and the fragmentary nature of traumatic
mémories. Overview and exploratory study, Journal of traumatic stress ; 1995; 8, 505-536.
26. Van der Kolk B. A., Hopper J. W., Exploring nature of traumatic memory : combining
clinical knowledge with laboratory methods, Journal of aggression, maltreatment and trauma;
2001; vol 4, n°2, 9-31

27. Loi « Pot-Pourri II », loi du 5 février 2016 modifie le droit pénal et la procédure pénale et
porte des dispositions diverses en matière de justice à propos des nouveaux délais de
prescription de l’action publique concernant le viol et l’attentat à la pudeur, M.B., le 19
février 2016
28. Cyr Mireille, Recueillir la parole de l’enfant témoin ou victime. De la théorie à la
pratique, Collection : enfances, Dunod ; 2014
29. Goldhor Lerner Harriet, Le pouvoir créateur de la colère, Edition Le jour ; 1994
30. Arcoulin Julie, Survivre aux Parents Toxiques, Bernay : Ed. Ideo ; 2016.
31. Liaudet Jean-Claude, Croire en Soi ou la Confiance perdue et retrouvée, Ed. l’Archipel ;
2004
32. Nuss Marcel avec la collaboration de Cohier-Rhaban Véronique, L’identité de la
personne « handicapée » Ed. Dunod ; 2011
33. Janne P, Reynaert C, Lamy-Bergeot C, Les strates de l’intime conjugal, Essai de
formalisation technique de l’étude de l’intimité dans les couples au moyen de l’inventaire
systémique des strates de l’intimité conjugale (ISSIC), Thérapie familiale ; 2009 ; vol. 30,
n°4, p.467
34. Gagnon M, Jocelyne Thiériault J, Intimité sexuelle et relation de couple : étude
exploratoire, Groupe d’études de psychologie, « Bulletin de psychologie », 1 Numéro 481, p.
93 à 101, ( ISSN 007-4403) ; 2006

35. Pelletier D, Ces îles en nous. Propos sur l’intimité, Editions Québec-Amérique
Montréal ; 1987 ; p.138
36. Amblard Fernande, Vivre pleinement sa vie d’adulte malgré un abus dans l’enfance,
panser l’impensable, Edition Jouvance ; 2018.
37. Habimana Emmanuel, Cazabon Charlotte, Les troubles psychologiques : comprendre et
accompagner les personnes qui en sont touchées, Presse de l’Université du Québec ; 2013.
38. Leduc Julie, L’anorexie chez la femme : s’en sortir, Ed. Béliveau ; 2013
39. Russell D.E, The incidence and prevalence of intrafamilial and extrafamilial sexual abuse
of female children, Child Abuse and Neglect ; 1983 ; 7, 133-146
40. Afifi TO, Sareen J, Fortier J, et al., Child maltreatment and eating disorders among men
and women in adulthood : Results from a nationally representative United States sample. Int J
Eat Disord ; 2017 ; 50 : 1281-1296 (Pubmed)
41. Bailey CA et Gibbon SJ, Physical victimization and bulimic-like symptoms : is there a
relationship ? Deviant Behaviour ; 1989; 10:335-352
42. Beckam Ka, Leonard Burns G., Relation of sexual abuse and bulimia in college women.
Int J eat Disord ; 1990 ; 9:487- 492
43. Calam RM, Slades DS, Sexual experience and eating problems in fernale
undergraduates. Int J Eat Disord ;1989 ; 8 : 391-397
44. Smolak L, Levine MP, Toward an empirical basis for primary prevention of eating
problems with elementary school children. Eat Disord ; 1994 ; 2 : 293-307
45. Hastings T, Kern JM, Relationships between bulimia, childhood sexual abuse, and family
enviromnent. Int J Eat Disord ; 1994 ; 15 : 103-11L
46. Kinzl JF, Traweger C, Guenther V, Biebl W., Family background and sexual abuse
associated with eating disorders. Am J Psychiatry ; 1994 ; 151 : 1127-1131
47. Russell, G. F. M., Szmukler, G. I., Dare C., & Eisler, I., An evaluation of family therapy
in anorexia nervosa and bulimia nervosa. Archives of General Psychiatry ; 1987 ; 44, 1047-
1056
48. Tracy D, Bost-Wick B, Scott D, Wallace, Sean M, 0’Halloran, Effect on intrafamilial
sexual assault on eating behaviors, Psychol Rep ; 1996 ; 79 :531-536
49. Flament M, Corcos M, Giraud MJ, Jeammet Ph, Sexual abuse and eating disorders,
Psych Res ; 2002
50. Brusset B, Psychopathologie de l’anorexie mentale, Dunod ; 2008

51. Corcos M, Le corps absent, Approche psychosomatique des troubles des conduites
alimentaires, Dunod ; 2010
52. Corcos M, Le corps insoumis, Psychopathologie des troubles des conduites alimentaires,
Dunod ; 2011
53. Abraham N, Törok M, L’Ecorce et le noyau, Paris, Flammarion; 1978
54. Dumas D, L’Ange et le Fantôme, Paris, Minuit ; 1985
55. Dumas D, Hantise et Clinique de l’Autre, Paris, Minuit ; 1989
56. Nachin C, Perturbation de l’identité duelle, inclusions au sein du Moi et travail du
fantôme dans l’inconscient, Dialogue, Paris ; 1985 ; 90, 30-36
57. Nachin C, Le travail du fantôme au sein de l’inconscient, in Mémoires, transferts, sous la
direction de Fedida P. et Goyotat J. ; 1986 ; Paris : PUF, 1717-1726
58. Tisseron S, Le psychisme à l’épreuve des générations, Clinique du fantôme, Dunod ;
2012
59. Perrier F, Ganoff W, Le désir et le féminin, Paris, Aubier-Montaigne ; 1968
60. Winniccott WD, La crainte de l’effondrement, Nouvelle Revue de Psychianalyse ; 1974
61. Chidiac Nayla, Ateliers d’écritures thérapeutique, Paris, Ed. Masson ; 2010
62. Chidiac Nayla, Ecriture du traumatisme, ou traumatisme de l’écriture ? (Deux femmes
deux histoires, deux écritures), Annales médico-psychologiques ; 2008 ; 166, n°4
63. Ernaux A. L’écriture comme un couteau, Paris, Stock ; 2003

RÉFÉRENCES SUPPLEMENTAIRES

Salmona M. Les conséquences psychotraumatiques des violences : les mécanismes neurobiologiques, les violences envers les femmes, le NON des femmes handicapées. Paris : L’Harmattan ; 2010.

AUTEURS CORRESPONDANTS

CARINE DURAY-PARMENTIER

Centre de Psychothérapie de Namur Rue des Œillets, 25 5020 Vedrin (Namur) E-mail : carine.durayduray@gmail.com

Auteurs correspondAnts

Commenter cet article